mardi 28 août 2012

12oo GS Rallye 2012: Randonnée à Parent: partie 3

Voir partie 2


Pit de sable, près de Parent (47.75° N, 74.61° O)
En arrivant près de Parent (vers 11h20 a.m.),  lors de ma première randonnée, mon attention a été attirée par un chemin qui menait droit sur ce pit de sable. 

L’endroit était gigantesque! – sur la photo on n’en voit que le tiers.  Certainement un lieu fréquenté par les amateurs de motocross et de 4 roues. 

Si j’avais eu plus de temps devant moi, je me serais certainement amusé pendant un moment ici.  Pour une autre fois peut-être. 

Si ma mémoire est bonne, il y avait des restes de feux de camp.  Probablement un bel endroit pour faire du camping sans frais pas trop loin de Parent.

Une fois arrivé à Parent, il y a tout ce qu’il faut: postes d’essence, restaurants, terrains de camping et endroits pour dormir.  Je m’y suis arrêté pour faire le plein d’essence, diner et me reposer…j’étais pas mal claqué.

13h, retour vers Mont St-Michel

La route pour retourner vers Mont St-Michel, le même chemin mais parcouru à l’envers, est plus difficile que dans la direction Parent.  Les sections sablonneuses sont plus nombreuses et les sections de planche à laver plus prononcées.  J’ai ma petite théorie là-dessus: étant donné que les camions de bois sont chargés en allant vers Mont St-Michel et vides pour aller vers Parent, la route est mise à plus rude épreuve et elle est plus déformée.  Voici comment le retour s’est produit sur chacune des motos:

D'abord avec la Versys, ce fut un vrai calvaire.  Je me suis arrêté en chemin, je n’en pouvais plus de ces vibrations:  DrrrRRrrrRRrrrrr.  J’ai enlevé un peu de pression dans le pneu avant.  Ce fut une bonne amélioration pour les sections de planches à laver, mais une grosse erreur pour les sections sablonneuses!  La roue avait perdu de son mordant dans le sable et la moto ralentissait plus qu’avant et se déportait facilement de gauche à droite.  La solution idéale, à mon avis, aurait été de réduire encore plus la précharge sur la suspension avant.  En tout cas, ce fut un réel soulagement lorsque je suis enfin sorti du chemin de Parent!  Mais il me restait encore 240 km à parcourir…ouch! 

Tant qu’à être dans le coin, j’ai pris un instant pour prendre en photo ce superbe cheval sur le chemin Principal à Mont St-Michel.


Palomino, sur le chemin Principal, Mont St-Michel

De ce point, le retour sur la Versys a été très long.  J’ai fait plusieurs arrêts pour me reposer, boire et manger.  J’étais vraiment claqué à mon retour à la maison.  L’ennui et le manque d’adrénaline que procure la route 117 Sud et l’autoroute 15 Sud m’ont complètement vidé.  Il faut dire que j’avais quitté la maison a 3h15 a.m. et j’ai passé le pied de la porte à mon retour vers les 7h pm.

Avec la 1200GS Rallye, la combinaison roue avant plus mince et de plus grand diamètre était un atout majeur dans cette amalgame de sable et de planche à laver.  La roue était plus incisive dans le sable et était moins sujette à suivre les ondulations de la route mais plutôt à les survoler (à défaut de meilleur terme).  En additionnant les effets positifs d’une suspension mieux adaptée ainsi que les 2 pneus 50-50 (TKC 80), le comportement de la moto était beaucoup plus prévisible.

Par contre, il y avait un problème réel: l’antipatinage.  Quand je passais à travers les sections sablonneuses, la moto se mettait à hésiter: Brrr…brrr.br..rrrrrrr..brrr...  Quand j’ouvrais les gaz pour palier au ralentissement de la moto, j’avais l’impression de monter un cheval qui ne voulait pas sauter devant une barrière!  Heureusement, cette option peut-être désengagée – ce que je n’avais pas pris la peine de faire auparavant parce que l’effet de l’antipatinage n’avait jusqu’à ce moment jamais été un réel problème, mais là, c’était vraiment le temps de l’enlever.  Je n’ai pas vécu de moment tout au long de l’essai de la Rallye où j’ai pu constater les effets positifs de l’antipatinage et son avantage réel reste obscur sur ce genre de moto.


Début de la section pavée sur le chemin de Parent après 200 km de poussière, Mont St-Michel

Bien évidemment, j’ai dû retourner à la maison avec la 1200GS Rallye aussi.  Étant donné qu’il était quand même assez tôt dans l’après midi, je me suis arrêté sur le côté de la route et j’ai cherché sur mon GPS une route qui pourrait être plus intéressante que la 117 pour le retour.  Un résident de Mont St-Michel, un routier qui connaissait bien la place, m’a suggéré de prendre le chemin de Manaouane: chemin plus tranquille que le chemin Parent mais lui aussi non pavé et qui se rend jusqu’à St-Michel-des-Saints.

Donc, me voici vers les 2 h pm à la recherche du chemin de Manaoune à 240 km de chez nous.  Vraiment ce routier à la retraite gardait un bon secret.  Étant donné que ma connexion avec Internet était nulle, je n’ai pas pu trouver le dit chemin avec mon iPhone (mon GPS semblait tout aussi perdu).  Même après avoir demandé à d’autres résidents, je n’ai pas pu rejoindre ce chemin.  Tant mieux!  Ça sera probablement ma prochaine destination: la réserve indienne de Manaouane en passant par St-Michel-des-Saints.

Finalement, j’ai programmé mon iPhone-GPS pour le retour à la maison.  Mais je me suis rappelé une randonnée précédente où j’avais longé le lac Labelle et qui m’avait mené jusqu’à la 117 un peu au Nord de Mont-Tremblant.  Donc, voici ce que je me suis dit: je vais prendre la sortie vers le lac Labelle et refaire à l’envers ma première randonnée de la saison.

Donc je roulais vers le sud avec la Rallye et soudainement je me rends compte que je suis passé tout droit.  Pas grave… je prendrai la prochaine sortie.  Je suis finalement sorti pour prendre la 323 Sud.  Vraiment la providence fait bien les choses! 

De fil en aiguille, je suis passé sous le pont couvert sur le chemin Prud’homme pour prendre cette photo inusitée à cause des traces de pneus qui à première vue coïncident avec les roues de la moto.


Drôle de coincidence!  Pont couvert, chemin Prud’homme près de la 323 et 327

Ensuite, en roulant sur la 327 Sud, je suis tombé presque nez-à-nez avec cette superbe bête:

Dire que j’ai suivi mon cours de port d’arme pour la chasse au mois de février…depuis, on dirait que les cerfs me courent après pendant mes randonnées moto.  Quand j’y pense, je comprend les chasseurs: la chasse c’est un sport intéressant et un contact avec la nature bénéfique pour l’esprit…mais c’est tellement un bel animal!  Y’a une zone grise dans ma tête… mais pour le moment, de toute façon, je peux juste les prendre en photo.

Le reste de la 327 direction sud fut un délire totale.  Les courbes s’enchainaient les unes aux autres, demandant à certains moments d’appliquer les freins fermement (et quel freinage sur la Rallye!) et ensuite de mettre les gaz à fond pour accélérer jusqu’à la prochaine courbe (et quelle accélération!)

Je pense que le retour par la 323 et 327 a été l’apothéose de cette randonnée avec la Rallye.  J’ai pu savourer pleinement tout le potentiel de la moto sur route pavée, et c’était absolument génial!

Pour finir, j’aimerais remercier BMW Canada qui a accepté de me prêter leur moto de presse flambant neuve (120 km au compteur) ainsi que Moto Internationale, sur la rue St-Jacques à Montréal, qui a fait la préparation de la moto.

Vous pouvez aussi voir toutes les photos de la randonnée ci-bas.

Merci de lire DS Aventure Québec,
DSAQ

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentaires