lundi 13 août 2012

12oo GS Rallye 2012: Randonnée à Parent: partie 1

Tant qu’à avoir une moto comme la Rallye pour 7 jours, aussi bien l’essayer pour la peine.  Ça faisait déjà un bout de temps que je voulais me taper la “ride” jusqu’à Parent, la BM était la raison parfaite pour me rendre au milieu de nulle part.

 

St-eustache-parent En fait, je me suis tapé la “ride” 2 fois en une semaine. 

La première fois, le 19 juillet, avec ma Versys parce que je savais pas trop à quoi m’attendre entre Mont St-Michel et Parent et parce que je voulais avoir un point de comparaison avec la moto que je connaissais le mieux.

La deuxième ride, je l’ai fait avec la 1200GS Rallye le 27 juillet.

Ça fait pas mal de kilométrage en 3 jours (19, 24, 27 juillet) en comptant la randonnée du Parc Mont-Tremblant du 24, pas loin de 2000km…
Vive les vacances!Pouce levé

C’est la deuxième randonnée que je vais décrire.

St-Eustache(A)-Parent(C), en passant par Mont St-Michel(B) : 400km

 

 

Première section entre St-Eustache et Mont St-Michel

La première section s’est fait principalement sur la 15 Nord et la 117 jusqu’à Mont Laurier.

Cette route est assez belle quand on s’attarde au paysage, mais rien de bien excitant côté conduite moto.  La route est rapide sans trop de courbe, il faut souvent ralentir pour traverser les différents villages sur la 117.

Ça m’a quand même permis d’apprécier les qualités routières de la 1200GS.  La selle premièrement est vraiment l’une des plus confortable que j’ai eu la chance d’essayer.  Et ce, même ma passagère lors d’une randonnée précédente l’a appréciée.  Donc un gros plus pour la GS.

Deuxièmement, le pare brise.  Il a l’air un peu court, mais étonnamment, il est très efficace.  Avec les protège-mains de bonne dimension, la protection au vent est optimale.  Je me suis surpris à quelques reprises à rouler à 130 km/h et je devais constamment surveiller l’odomètre pour maintenir un rythme plus raisonnable, surtout qu’il y avait pas mal de patrouilles policières en ce jour des vacances de la construction.

Et finalement, le moteur de la GS, vraiment très caractériel et le couple est présent à tous les régimes. Il n’y a pas de vibration parasite causé par le moteur et les miroirs sont parfaitement clairs à presque tous les régimes (la vision est légèrement embrouillée autour de 4000rpm).  Les dépassements se font vraiment sans effort et on sent la poussée constante peu importe si on roule sur une pente montante ou une section de route plane.

La seule chose qui manque à cette moto pour être parfaite pour les longues distances, c’est un “cruise control”.

C'est pour installer un “Throttle Rocker” que je me suis arrêter à cet endroit.

Après une cinquantaine de kilomètre, j’avais la main droite complètement engourdie.  J’ai ce petit gadget (le throttle rocker) depuis quelques années déjà et honnêtement, je ne peux plus m’en passer.  Probablement moins cher qu’un “cruise control”, 15$+tx.

Pouce levé

Ensuite j’ai filé jusqu’à Mont St-Michel sans m’arrêter.

 

10 a.m. Même si la selle est confortable, ça n’empêche pas que 225 km de route presque sans arrêt c’est long. 

Il y a une aire de repos près de la rivière du Lièvre sur la 311 avant d’arriver à Mont St-Michel.

J’en ai profité pour prendre quelques photos.


 


Rivière du Lièvre, passant sous la 311, près de Mont St-Michel, Québec

 


Déjeuner à l’aire de repos près de Mont St-Michel…(Quasiment trop belle cette moto).

Voir partie 2
dsaq

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentaires