samedi 13 octobre 2012

KTM 350 EXC-F 2013: Randonnée Parc Papineau Labelle Partie 2

Voir partie 1

Épouvantail près de l’ancien chemin de fer menant à la mine de Kilmar

10:30 a.m. Mon chien est mort.  Je ne sais pas qui a mis cet épouvantail à cet endroit, mais une chose est certaine, cet personne savait ce qu’elle faisait: c’est un avertissement clair - ça ne passe pas!

J’ai marché jusqu’au milieu de ce chemin inondé pour m’en convaincre encore plus.  J’avais de l’eau jusqu’aux genoux… et plus j’avançais et plus l’eau montait.

C’est dommage!  Cette section de route complète la boucle autour du Lac Noir: la vue y est sublime et l’expérience unique.  Probablement une section intéressante à inclure dans un rallye…

Pendant que j’y pense voici ce que m’a dit Carlos Gibeault sur panoramio à propos de ce chemin: 

...j'y suis allé avec mon auto la semaine passée(8 mai 2012) et on était capable de traverser avec un Jeep YJ...en passant, ce n'est pas une route, mais l'ancien chemin de fer qui reliait la mine de Kilmar à l'usine de transformation, à Marelan...à chaque bout, y'a des usines, ce n'est pas pour rien!!” 

Donc avis aux intéressés, ça devrait passer!

Un aperçu du Lac Noir et du chemin de fer…

CheminLacNoirInonde
Aperçu du chemin de fer à partir de Google Map.

Le chemin de fer qui contourne le Lac Noir est presque totalement inondé: voir le zoom dans le coin supérieur droit de l’image.

Un chemin alternatif?  Encore au même point(près de l’épouvantail), j’espérais voir ce chemin déboucher soit vers le chemin Scotch ou la 6e concession…

Non! Vraiment pas! Ce chemin était un calvaire! De la bouette pas mal plus que j’aurais voulu en avoir, des troncs d’arbre, des branches qui obstruaient le chemin et j’en passe.  Il y avait aussi de belles sections mais trop peu.

A certains moments, j’ai dû débarquer de la moto et pousser en même temps que je donnais du gaz pour la faire avancer dans la boue.  À d’autres moment, j’ai eu à soulever l’arrière de la moto pour changer de direction et être capable de continuer.  Y’a rien comme les conditions extrêmes pour apprécier ou haïr une moto: dans ce cas, j’ai apprécié la légèreté de la KTM.  J’ai réussi à m’en sortir avec effort mais sans mettre mes batteries à plat!

Malheureusement… 

…ce chemin était un cul de sac.

La moto était vraiment couverte de boue rendu à ce point.  Heureusement, le gars de KTM Canada (très sympa!) m’avait donné sa bénédiction quelques jours plus tôt: “Va t’amuser et ramène la moto en un morceau ou plusieurs!…Pis vient pas chialer si tu te pètes la gueule!”…amen!  (à peu près dans ces termes Clignement d'œil) – ça m’a permis d’en faire l’essai dans les “meilleures” conditions sans trop me poser de questions!

Tant qu’à être au beau milieu de nulle part, j’en ai profité pour marcher dans la forêt pendant un moment et apprécier le calme de la nature loin de tous les soucis quotidiens…parce qu’ensuite j’ai dû me retaper tous les trous de bouette dans l’autre sens, ouch!

En passant, remarquez la couleur du réservoir d’essence de la moto sur la photo: blanc transparent.  Bien sûr, il y a le côté esthétique: c’est assorti avec le reste de la moto, mais il y a aussi le côté pratique!  Lorsque l’on regarde à l’intérieur du réservoir, la lumière passe à travers, ce qui permet de voir très exactement la quantité d’essence restante: coïncidence? peut-être bien, mais c’est bien pratique vu qu’il n’y a normalement pas de jauge à essence sur ce type de moto.

11:30 a.m. L’auteur de DS Aventure Québec.  Après être sorti du bois, avoir fait l’ancien chemin de fer à l’envers, avoir repris le chemin de la 6e concession et emprunté le chemin Scotch, me voici près du pit de sable.  Pas ce qu’il y a de plus élégant ce casque blanc, mais d’après une source, il y a 27% moins de chance d’être victime d’une collision avec une voiture.  Ça compte pour beaucoup après 4 collisions dans la jungle urbaine de Montréal!

Merci au Bleuet – un gars de RidAventure -qui a bien voulu prendre la photo avec ma caméra et faire un …eu..heum.. film pendant que je m’exécutais dans le pit de sable (ça a foiré pour le film).

En tous cas, je me suis pas mal amusé avec la KTM!  Elle est vraiment excellente dans ce genre de situation et même un néophyte comme moi peut s’en sortir assez bien.  Tout une différence avec ma Versys dans la même situation – encore une fois injustement comparée!

Après avoir tordu un bras au Bleuet, il a bien voulu essayer la moto à son tour dans le pit de sable.  Voici ce que le film aurait dû donner pendant que je m’exécutais.

Après avoir constaté que la 350 EXC était l’arme idéale pour s’exécuter dans un pit de sable, j’ai fait le reste du chemin Scotch avec le Bleuet qui roulait sur sa moto de type aventure plus lourde.  Ce fut une révélation.  Je me suis rendu compte que c’était pas moi qui était lent 2 mois plus tôt dans la situation inverse (je suivais 2 gars qui avaient des motos plus légères), mais bien la moto qui fait toute la différence!  Après un moment, je me suis arrêté pour attendre le Bleuet que j’avais perdu derrière.  Tout ça pour dire que dépendamment de la situation, toutes les motos comparées entre elles ont des forces et des faiblesses et que la moto qui excelle dans toutes les situations ne peut tout simplement pas exister.  Il faut choisir une moto selon nos besoins et souvent faire des compromis.

Lire la partie 3

DSAQ

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentaires